Le cinémagazine du Bassin d'Arcachon

L'autre printemps du cinéma

Alors que le complexe La Dolce Vita à Andernos pousse de terre comme jonquille au printemps, Le Ciné-club du Bassin est annoncé pour l'automne à Arès. Animés d'une même passion pour le cinéma, des cinéphiles d'Andernos-les-Bains, Arès ou encore Lanton se sont associés pour proposer "un nouveau rendez-vous avec un autre cinéma". Ainsi a été créé en février Le Ciné-club du Bassin qui devrait dérouler ses premières bobines-culte fin septembre, salle Brémontier à Arès. Auto-géré et non-concurrentiel, le Ciné-club du Bassin se voudra culturel, résolument ouvert à ses adhérents en leur proposant une sélection de films de toutes les époques, tous les genres et tous les horizons, avec l'ambition d'enrichir les projections par la venue d'intervenants de qualité. En semant dès le printemps, le Ciné-club du Bassin entend ainsi déposer de jolis fruits de saison dans sa corbeille baptismale.


A l'affiche

Retrouvez chaque semaine les programmes des cinémas d'Andernos, de Biganos et de Gujan-Mestras


Films cultes

Un (une) cinéphile du Bassin nous parle du film qu'il n'oubliera jamais.


Cinéma... scoop

Le Bassin : lieu de cinéma! Suivez l'actualité cinématographique du Bassin d'Arcachon. Personnalités présentes, lieux de tournages...


Salles Story

Les salles de projection du Bassin ont une histoire !


Toiles & Co

Ils aiment le cinéma. Ils  contribuent à donner un nouvel essor à la diffusion du Septième-Art.



Actualité

Les  belles vedettes du Bassin

C’est l’un des interludes cinématographiques qu’aura connus le chantier naval Dubourdieu 1800, installé depuis plus de deux siècles au port de Larros à Gujan-Mestras.

Loué pour les besoins du tournage de « Mer belle à agitée », réalisé en 2006 par Pascal Chaumeil et diffusée sur France 3, l’atelier « amiral » s’est converti en studio de cinéma. « C’est chez vous et pas ailleurs », avait alors plaidé le réalisateur pour persuader Emmanuel Martin d’accueillir comédiens et techniciens. Mais immobiliser la fabrication des bateaux, ne serait-ce que quelques jours, n’était pas un choix évident, qui plus est en pleine saison avec une mise à disposition des ateliers qui promettait quand même un tournage... agité.

Mais le script bien charpenté a beaucoup compté dans la décision d’Emmanuel Martin. « C’était quelque part notre histoire », explique-il. Comme bien souvent, la fiction n’est pas loin de la réalité. Dans le film, la construction navale est une affaire de famille. Laurent Bertignac, le patron, emploie une quinzaine de personnes, parmi lesquelles son épouse Sabine. Celle-ci, architecte, prépare le lancement d’une nouvelle ligne de monocoques peine à concilier vie professionnelle et vie de famille. 


Deux téléfilms à bon port

L’ambiance propre à la construction navale a été bien restituée par le film, juge Emmanuel Martin. On y voit aussi quelques plans tournés sur une pinasse traditionnelle du Bassin. L’Arcachonnais se souvient aussi de ces vrais moments d’échange avec Gérard Hernandez, campant le personnage du grand-père Albert ou de Pascale Arbillot qui interprète le rôle de Sabine. «  D’ailleurs en 2009, j’ai retrouvé la comédienne lors du tournage des "Petits Mouchoirs" ».

Le chantier gujanais a été mobilisé pour un autre tournage télévisé en 2013. Amarré au ponton du port de Larros, l’un des bateaux rapides - un Picnic Sport - a servi d’élément de décor pour l’une des scènes


Dans le sillage des "Petits Mouchoirs"

Mais au-delà d’un supplément de notoriété, déjà bien établie pour cette vénérable entreprise navale, sa participation au tournage de film "Les Petits Mouchoirs" en 2010, a offert à Dubourdieu 1800 une exposition avantageuse auprès du grand public qui a découvert la majesté des pinasses modernes, emblèmes du bassin.  " Au final, ç’a été une belle vitrine pour le Chantier ".

Car le mélodrame estival, signé Guillaume Canet, accorde la vedette à l’un des bateaux d’Emmanuel Martin, un Classic Express de 12,50 m, retenu par la société Les Productions du Trésor. Cette désignation fait encore la fierté du chef d’entreprise. C’était tout bonnement "On Line", son propre bateau - depuis revendu - qui venait d’être choisi... Rebaptisé "Max" pour les besoins du tournage - le personnage interprété par François Cluzet -, la pinasse moderne a fait l’objet de toutes les attentions. Emmanuel Martin a mis à disposition de son bateau avec l’impératif d’en confier 


A l'échouage

Le tournage sur "Max-On Line " - ne fut pas seulement une aimable promenade nautique sur le Bassin. Le scénario prévoyait notamment un... échouage sur le Bassin. La séquence très spectaculaire aura laissé quelques traces sur les flancs de la vedette. C’est le moment du film où François Cluzet  se retrouve "à poil", précise l’ancien propriétaire de la belle pinasse rouge. Une hélice de transmission endommagée, des rayures consécutives au choc sur le banc de sable et au frottement sur les coquillages auront quand même laissé quelques stigmates...

Invité à la première des "Petits Mouchoirs " à Bordeaux, Emmanuel Martin, tout à la satisfaction des retrouvailles avec l’équipe du film, a pu mesurer la dimension et les enjeux d’une telle entreprise. "Le producteur paraissait soulagé. Les premières projections publiques, généralement considérées comme déterminantes dans le métier, étaient encourageantes". Le film a surfé sur la vague du Box Office en 2010, avec plus 

Un Classic Express Dubourdieu a servi au tournage des "Petits Mouchoirs". Photo DR
Un Classic Express Dubourdieu a servi au tournage des "Petits Mouchoirs". Photo DR

Une tempête sociale et relationnelle se lève à la faveur de l’obtention d’un gros contrat, mais assorti de l’annonce du licenciement de Sabine...

La comédie de Pascal Chaumeil offre en effet quelques similitudes bien moins sombres avec le propre itinéraire d’Emmanuel et Béatrice Martin, débuté en 2000, après une carrière dans les chais, les vignes et au chevet des grands crus, tant en France qu’à l’étranger. Un nouveau "port d’attache" évidemment familier, une belle aventure professionnelle partagée, quelques remous assumés...


du téléfilm de Josée Dayan « Le Clan des Lanzac » avecFanny Ardant et Muriel Robin. Emmanuel Martin a gardé en mémoire ce pot de clôture organisé tout exprès au chantier Dubourdieu."C’était une belle journée" souligne-t-il, conservant au cœur la rencontre avec Fanny Ardant, " gracieuse, charismatique, une vraie femme " ou encore avec Muriel Robin, pétrie de gentillesse et de simplicité. 

Ces tournages bienvenus figurent en bonne place sur le livre d’or de l’entreprise Dubourdieu. "Je n’avais pas à attendre de retombées commerciales. Ce n’était pas l’objectif. Nous l’avons vraiment fait pour le fun", consent l’industriel. 


la navigation à un marin professionnel, de surcroît son pilote habituel. "Max" devait également rentrer au port d’Arcachon tous les soirs de tournage. Il a pris un réel plaisir à participer lui-aussi au film. « Par rapport aux deux téléfilms précédemment tournés en pleine saison au port de Larros, j’ai pu davantage vivre de l’intérieur l’aventure des "Petits Mouchoirs" ». Le chef d’entreprise a pris la barre du bateau pour les repérages des scènes sur les eaux du Bassin, ainsi qu’à l’occasion de certaines prises de vue aériennes, que l’on retrouve dans le film.

 

L’acteur François Cluzet a particulièrement impressionné le patron gujanais : "Un vrai chef de bande, très professionnel. Guillaume Canet, réalisateur des " Petits Mouchoirs" devait supporter une grosse pression. Il savait se montrer exigeant quand il le fallait". Enfin Emmanuel Martin a eu le plaisir de retrouver Pascale Arbillot, dans le rôle d’Isabelle, l’épouse de Vincent (Benoît Magimel) et déjà croisée sur le tournage de "Mer belle à agitée" à Gujan-Mestras.

Emmanuel Martin. Photo M.M.
Emmanuel Martin. Photo M.M.

 de 6,5 millions d’entrées cumulées en France et à l’étranger en 2010 (1). "Les Petits Mouchoirs" attend patiemment une suite, et c'est dans les petits papiers de Guillaume Canet, promis pour 2018...

( 1) Source Wilkipédia.

 

  Michel Mahler


Lire la suite