Tous les films en VO, bien sûr!

Place aux femmes. La huitième édition du Festival Version originale donne une place de choix aux femmes, qu’elles soient héroïnes, comédiennes et réalisatrices, au travers d’une sélection internationale d’une trentaine de films présentés du 16 au 24 mars, au cinéma Gérard-Philipe à Gujan-Mestras.

 

« Dans les rires et les larmes, elles nous disent leurs amours, leurs désirs, leurs vies. Energie et ténacité sont les points communs à tous ces beaux portraits de femmes présentés à l’occasion de cette édition », relève Mireille Martin, présidente du Festival Version originale, dans son éditorial de présentation.

Comme les années précédentes, « VO » s’adresse à tous les publics. Aux cinéphiles, avec des avant-premières et des films inédits ; aux scolaires, avec une sélection d’une dizaine d’œuvres.  A la clé, des rencontres, des concerts et des dégustations d’après-projection. Avec quatre films programmés, le festival apporte un regard… original sur le cinéma italien.

 

Voici quelques temps forts du festival à ne pas manquer. L’intégralité du (dense)  programme est à consulter sur www.festival-version-originale.fr

« Après la guerre ». En ouverture, vendredi 16 mars, 21 h. En présence de la réalisatrice  italienne Annarita Zambrano. Le film évoque les « années de plomb » quand le terrorisme rouge et noir déferle sur l’Italie  contemporaine et  empoisonne les relations franco-italiennes.

« L’amour des hommes ». En clôture du festival, samedi 24 mars, 21 h. En présence du réalisateur Mehdi Ben Atta. Derrière l’objectif d’une jeune veuve et photographe qui reprend goût à la vie en fixant sur la pellicule des garçons de rue.  Avec un regard de femme sur les hommes, comme les hommes savent le porter sur les femmes…

 

« Les destinées d’Asher ». Mardi 20 mars, 21 h. L’Israélien Matan Yair signe un film… d’homme (s). Un portait sensible d’identité sociale et culturelle, où apparaissent les aspects féminins des êtres humains.

« Ice Mother ». Mercredi 21 mars, 21 h.  Le film tchèque de Bohdan Slama ne laisse pas… de glace et mérite même une plongée en eau profonde. Prix du meilleur scénario au Festival Tribeca 2017, L’héroïne rejoint un groupe de nageurs en eau froide. Tout à la fois une initiation et une révélation qui conduit Hana à apprendre à repousser ses limites et à bousculer ses habitudes et sa propre existence.

 

 « Les Lauriers-roses rouges ».  La cinéaste bengalie Rubayat Hossain  réalise un film sensible sur la cause des femmes en pays dévolu à la domination masculine.  « Les Lauriers » est une  œuvre émancipatrice, majoritairement interprétée par des femmes. Le film est basé sur la pièce d’un auteur fondamental  de la Renaissance au Bengladesh, Rabindratah Tagore, prix Nobel de littérature en 1913. L’actrice Shahana Goswami  est l’invitée de la soirée de projection.