La Dolce Vita: un très long suspens

« La Lettre du maire », diffusée à Andernos-les-Bains au mois de mai, confirme une information d'importance: l'ouverture des travaux de construction du nouveau cinéma, La Dolce Vita, fixée au mois de septembre sur le site de l’ancien stade Marcel-Despagne, avec une livraison de l’équipement culturel à l’été 2019. Enfin !

Le projet, qui a parfois ressemblé à un serpent de mer égaré dans le bassin, clôt quinze années d’incertitudes, de rebondissements et de quelques ressentiments: il faut bien le reconnaître, l'interminable "feuilleton" politico-administratif aura mis la patience des amis du cinéma à rude épreuve.

En effet, l’idée d’équiper le Nord-Bassin et le Sud-Médoc d’un nouveau cinéma ne date pas d’hier. La précédente municipalité [menée par Philippe Peyrusat], propriétaire des murs du cinéma Le Rex depuis juin 1992, a d’abord envisagé le réaménagement de la salle mono-écran existante au 202, boulevard de la République en lui substituant deux salles, forcément à capacité réduite, vu l’exiguïté de l’emplacement.

En 2013, le scénario d’une nouvelle construction prend sa consistance, à proximité de l’actuel Casino Le Miami, route de Bordeaux et de la D 106 (voie rapide). L’annulation du plan local d’urbanisme (PLU) et des contraintes environnementales compromettent la réalisation de ce complexe de quatre salles, porté par un groupe d’investisseurs. Qui propose alors la construction du même espace, mais en centre-ville, sur l’esplanade du Broustic, à proximité de l’ancienne gare d’Andernos, occupée par l’Office du tourisme.

Sans remettre en cause l’intérêt d’un nouveau cinéma, ni même le parti-pris de sa centralité géographique, la nouvelle municipalité aux manettes  referme le dossier du Broustic en 2014. Mais celle-ci privilégie et négocie en sorte un "mix" culturel – salle de spectacle et salles de cinéma, montage financier à l'appui. L’ancien stade Marcel-Despagne, non loin des halles, est retenu. Le projet est validé en 2015.

Des recours en justice formés par les tenants d’un projet de cinéma concurrent à Arès, repoussent  sensiblement l’échéance de plusieurs mois. Il faut attendre la signature du bail à  construction à l’été 2017, enfin la purge de tout recours administratif en janvier 2018, pour connaître l'épilogue de ce "film" au long cours.. 

La maquette des quatre salles de projection du cinéma La Dolce Vita
La maquette des quatre salles de projection du cinéma La Dolce Vita