On rembobine...

Les archives de www.toiles-bassin.fr


Le tour de France de "Nous finirons ensemble"

Tournée au printemps dernier sur la presqu'île du Cap Ferret, la suite des "Petits Mouchoirs" réunit une majeure partie de l'équipe du précédent tournage: François Cluzet, Gilles Lellouche, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Valérie Bonneton, Pascal Arbillot. José Garcia figure aussi au générique du nouveau film "Nous finirons ensemble".

 Des avant-premières ont été programmées à partir du mardi 2 avril (en Suisse), en présence de Guillaume Canet, notamment à Andernos-les-Bains (mercredi 17 avril), Bordeaux (jeudi 18 avril), La Teste (19 avril), Gujan-Mestras (19 et 22 avril). Toutes ces séances affichent complet. Quant à la sortie officielle, elle est fixée le 1er mai.

Les premières images de "Nous finirons ensemble", le nouveau film de Guillaume Canet ont fait leur apparition  sur les réseaux sociaux, début mars, ainsi que l'avait annoncé son réalisateur sur sa page Facebook.


Lire la suite

Radioscopie du film italien

 La quatrième édition du Festival du cinéma italien (en cinq ans) se déroulera du 12 au 17 mars, au cinéma Le Rex à Andernos-les-Bains. Créé en 2015 par l’association France-Italie Aquitaine, ce festival transalpin propose neuf films, tous en version originale sous titrée. Comme les années précédentes, c'est un aperçu équilibré de la production cinématographique italienne qui est programmé pendant six jours, en matinée ou soirée.

Une commission spécifiquement dédiée au sein de France Italie Aquitaine a  sélectionné neuf films -du drame à la comédie- et devrait apporter un riche aperçu de la production cinématographique italienne  avec le privilège de pouvoir découvrir quatre films inédits en France, des sorties récentes enfin un film-patrimoine à sketches "I  Complessi" (1965). Avec les participations de Cito Formasino réalisateur de "L'Esodo" et de l'actrice Danièla Poggi, jeudi 14 mars, ainsi que celles de  Julien Paolini, réalisateur et de l'acteur Syrus Shahidi, vendredi 15 mars pour "Amare Amaro".

Le programme

"Come Un Gatto in Tangenziale", comédie (2018) de Ricardo Milani.

Mardi 12 mars à 20 h 45.

"La Terra Dell'abbastanza", drame (2018) de Fabio et Damiano D'Innocenzo.

Mercredi 13 mars à 17 h 30.

"Hôtel Gagarin", comédie (2018) de Simone Spada. Jeudi 14 mars à 17 h 30.

"L'Esodo", drame (2017) de Ciro Formasino.

Jeudi 14 mars à 20 h 45.

"Troppa  Grazia", comédie (2018) de Gianni Zanasi.

Vendredi 15 mars à 17 h 30.

Amare Amaro", drame (2018) de Julizen Paolini.

Vendredi 15 mars à 20 h 45.

"In Guerra per Amore", comédie dramatique (2016) de Pier-Francisco Diliberto.

Samedi 16 mars à 17 h 30.

"I Complessi", comédie à sketches (1965) de Dino Risi, Franco Rossi et Luigi-Fillipo D'Amico.

Dimanche 17 mars à 14 h 30.

"A Casa Tutti Bene", comédie dramatique (2018) de Gabriele Muccino.

Dimanche 17 mars à  17 h.


Pratique

Du 12 au 17 mars 2019, salle Le Rex, 202, boulevard de la République à Andernos-les-Bains.

 Prix de la place: 5,50 €. Tarif réduit: 4 € (moins de 14 ans). Pass Festival: trois séances: 15 €.
 Six séances: 27 €. Neuf séances: 36 € (à retirer au cinéma).
Le programme complet sur www.france-italie-aquitaine.fr.


Lire la suite

Les "Bracelets rouges" en tournage sur le Bassin

Le dernier  des six épisodes de la série "Les Bracelets rouges", diffusé au mois de février 2018 aurait bien une suite. Promis. Une fiction qui a trouvé son public, rassemblant 5,64 millions de spectateurs en moyenne soit 24 % de part d'audience.

L'histoire de ces adolescents malades a touché -au sens propre du terme- un large public. D'ailleurs, TF1 n'aura guère tardé pour confirmer qu'il y aurait bien une suite à cette série à succès. 

 

La saison 2 prévoit  d'ajouter huit nouveaux maillons aux "Bracelets".  Les adolescents de la saison précédente, en particulier le trio formé par Clément, Thomas et Roxane, font partie du casting. La production introduit le rôle d'une nouvelle patiente, Louise, jouée par Mona Berard. La comédienne Aure Atika rejoint l'équipe pour incarner une mère de famille.

Le tournage revient actuellement sur le Bassin d'Arcachon  (La Teste-de-Buch/Arcachon) et doit se poursuivre jusqu'au 28 juin.

 

Un appel à été lancé par la direction du casting pour recruter des garçons et des filles de 16 à 19 ans - avec ou sans expérience - pour une séquence d'improvisation, ainsi qu'un jeune homme de 18-25 ans, disposant d'un petit acquis de comédien et possédant un scooter pour un tournage prévu à Arcachon. Les candidats peuvent adresser leurs coordonnées avec photos, à adresser par courriel à: lesbraceletsrougesarcachon@gmail.com

Il est peut-être encore temps de se lancer...

 

 


Lire la suite

Une Espagne abracadabrantesque...

La seizième édition de la journée "Espagne, joue-moi ton cinéma", mercredi 9 mai à Andernos-les-Bains, marque aussi le début des célébrations du vingtième anniversaire de l'association organisatrice, le comité de jumelage Andernos-les-Bains - Segorbe.

 Pour cette sélection 2018, l'Espagne affiche ses différences...

 

 

"Handia", le géant basque. Réalisé par Aitor Arregi et Jon Garano, "Handia" est un "Elephant Man" basque. Cette histoire inspirée de faites réels prend sa source au Pays basque en 1836. Après avoir combattu pendant la Première Guerre carliste, Martin Eleizegi retourne dans sa ferme familiale en Guipuzcoa. Il découvre alors avec stupeur que son frère cadet, Joaquin, est devenu un géant.

Très vite, Martin ne recherche qu’une seule chose : quitter ce monde rural qu’il juge trop étriqué, tandis que Joaquin reste attaché à son village et aux traditions familiales. Convaincu que tout le monde voudra payer pour voir l’homme le plus grand de toute la Terre, Martin embarque Joaquin pour un long voyage à travers l’Europe, au cours duquel ce dernier devra affronter ses propres complexes, ses doutes et ses peurs… une histoire inspirée de faits réels.

Ce film a obtenu de nombreuses récompenses en 2017 dont dix Goyas, l'équivalent des Césars français.

1 h 54. De Jon Garaño, José Mari Goenaga. Avec Ramón Agirre, Eneko Sagardoy, Joseba Usabiaga.

A 14 heures


"Abracadabra", l'amour de Madrid. Réalisé par Pablo Bergé, cette comédie dramatique  tout juste sortie, est le portrait de Madrid fait par un Basque. Après "Blancanieves", ce nouveau long métrage est une oeuvre aux couleurs saturées, extrême dans son humour, fondée sur l’absurde. Dans cette fable moderne,  Carmen est mariée à Carlos, un conducteur de grue "macho", fan de football, qui ne lui prête plus guère attention. Après une séance d’hypnose dont il est le cobaye pendant un mariage, Carlos devient le parfait époux. Quelque chose a changé! 

1h 33. De Pablo Berger. Avec Maribel Verdú, Antonio de la Torre, José Mota.
 A 17 heures

"Campeones", sportifs malgré tout.  La sortie de la comédie dramatique de Javier Fesser est prévue au mois de juin. C'est donc en avant-première qure le film est présenté pour "Espagne, joue-moi ton cinéma". Le tournage s'est déroulé entre Madrid et Huelva sur neuf semaines.

 Marco occupe le prestigieux poste d’entraîneur-adjoint de l'équipe d'Espagne de basket. Mais son mauvais caractère lui pose problème. Après une série de déconvenues dont il est le seul responsable, Marco se retrouve à devoir coacher une équipe de déficients mentaux.

1 h 58. De Javier Fesser. Avec Javier Gutiérrez, Itziar Castro.

 A 21 heures


"Vivir y Otras Ficciones", corps à corps militant. Ce drame réalisé par Jo Sol narre l'histoire d'Antonio, écrivain et tétraplégique. Pour lui, jouir d’une sexualité épanouie est un choix vital, voire politique. Tout le monde devrait y avoir accès mais personne ne veut s'en mêler. Mais c'est un activiste. Entre l'hostilité de son aide-soignante, l'enthousiasme d'une prostituée militante et la perplexité de son assistant de vie, Antonio met en place un lieu d’assistance sexuelle chez lui. Pepe, sorti de l’hôpital psychiatrique, rencontre Antonio. La relation qu'il tisse avec lui va définitivement bouleverser son regard sur la vie.

1 h 21. De Jo Sol. Avec Pepe Rovira, Antonio Centeno, Arántzazu Ruiz.
 A 23 h 15 

Pratique

 Où? Cinéma Le Rex, 202 boulevard de la République à Andernos-les-Bains. 

 Quand? Mercredi 9 mai. Projections de 14 h 30

à 23 h 15. Dès 14 heures, bodega sur le parking du Crédit Mutuel.

Tarifs. 1 film: 6 €; 2 films: 11,50 €; 3 films:
15 €; 4 films: 17 €. Réservations au cinéma
ou au 05 57 70 22 36.

 


Lire la suite

Andernos et Audenge... sous influence

Avril, le (bon) temps des tournages... Les caméras s'installent du 3 au 5 avril puis les 12 et 13 avril  au port ostréïcole d' Andernos-les-Bains, entre-temps le 11 avril à Audenge, et à Bordeaux jusqu'à la fin du mois pour la réalisation d'un téléfilm "Une mère sous influence", d'après l'oeuvre  éponyme de Patricia Mac Donald (1).

Co-réalisatrice de plusieurs séries télévisées ("Candice Renoir", "Nina", "Agathe Koltès", "Section de recherches"), Adeline Darraux a choisi les ports d'Andernos pour décors naturels.

Le casting réunit Caroline Anglade, remarquée dans "Tout le monde debout" film de Franck Dubosc, Julie de Bona, Arnaud Binard, Sophie Broustal et André Marcon dans les rôles principaux de ce thriller psychologique, avec du sang, des larmes, de la  manipulation et du suspens... 

(1) Produit par La Boîte à images pour France 3.   

Préparatifs au tournage d'une scène de baptême dans l'église Saint-Eloi, à proximité du port ostréicole d'Andernos-les-Bains. Photo LTdB
Préparatifs au tournage d'une scène de baptême dans l'église Saint-Eloi, à proximité du port ostréicole d'Andernos-les-Bains. Photo LTdB

Lire la suite

"Nous finirons ensemble": il y a un début à tout !

Le tournage de la suite du film " Les Petits Mouchoirs" de Guillaume Canet a débuté sur la presqu'île du Cap Ferret.

"Nous finirons ensemble". C'est le titre annoncé du film. Il suggère le thème de l'amitié, du groupe, dans le prolongement du précédent opus de Guillaume Canet: "Les Petits Mouchoirs". Les premiers essais de tournage ont débuté, comme l'a annoncé le réalisateur sur son compte Instagram.

Canet 2.0. Adepte des réseaux sociaux, Guillaume Canet contrôle. Pour autant,celui-ci ne néglige pas faire  un outil de com'.  Ses annonces (autodérisoires et originales) à propos de "Rock' roll" ont préludé la réalisation du film. Efficace. Les "Petits Mouchoirs 2" ne dérogent pas à l'usage. Des annonces parcimonieuses par-çi (la récente divulgation du titre de son nouveau film), le premier clap de  tournage, par là...

Ils jouent... à domicile. Durant hiver, l'information qui circulait sur la presqu'île avait mis la puce à l'oreille... La résidence ferret-captienne, déjà utilisée en 2009 pour le tournage des Petits Mouchoirs", avait été de nouveau louée "pour plusieurs mois". Fin d'un suspens, pas si insoutenable d'ailleurs, plutôt une confirmation: il y a aurait bien une suite...

 C'est sans doute avec plaisir que les acteurs des Petits Mouchoirs" vont pouvoir retrouver leurs ronds de serviette dans cette belle demeure  contemporaine de style arcachonnais. Située face au Bassin d'Arcachon, sa lagune toute proche et la dune du Pyla au loin, la maison se niche au coeur du domaine (très réservé)  dit des Quarante-quatre hectares; on peut aisément imaginer pouvoir passer de bons moments et...finir (le film) bien ensemble...  

Sans "Max". La vedette  rapide arcachonnaise "On Line" louée en 2009 aux Chantiers navals Dubourdieu à Gujan-Mestras ne figure pas au casting du film "Nous finirons ensemble". Rebaptisée "Max" pour les besoins du tournage des "Petits Mouchoirs", elle avait été échouée sur un banc de sable, pour les besoins du scénario (lire aussi: www.toiles-bassin.fr/2017/02/21/les-belles-vedettes-du-bassin/).

Premiers essais.  Mercredi 21 mars entre 13 et 18 heures, un avis aux navigateurs, a été diffusé en raison "d’essais de cascade à bord d’un bateau", entre le port de la Vigne, au Cap Ferret, et la dune du Pilat, à la Teste-de- Buch. De belles séquences de cartes postales en perspective...

 

 

Une histoire d'amitié. Comme toute suite logique, la majorité des acteurs  - et potes - figurant au précédent générique des Petits Mouchoirs" se retrouveront dans "Nous finirons ensemble". 

François Cluzet,  Valérie Bonneton Pascale ArbillotLaurent LafitteBenoît MagimelGilles Lellouche Marion Cotillard.  Il  est aussi question de la participation de José Garcia dans un petit rôle, selon le site "Sud-Ouest.fr".

Productions du Trésor. La société d'Unifrance, à l'origine du film à succès "Les Petits Mouchoirs" réalisé par Guillaume Canet en 2009, est de nouveau partie prenante pour  "Nous finirons ensemble". La comédie dramatique est co-produite par Les Productions du trésor dirigée par Alain Attal et Caneo Films. 


Lire la suite

634 fauteuils pour le cinéma La Dolce Vita

En 2019, Andernos-les-Bains devrait  pouvoir revendiquer un (premier) rang, plus conforme dans son rôle de ville-phare du Nord-Bassin d'Arcachon. La construction d'un équipement culturel constitué de quatre salles de cinéma, dont une entité dédiée à la fois à la projection de films et aux spectacles vivants, y participe.

Les plans sont finalisés et l'ancien stade Marcel-Despagne, promis à la construction du cinéma La Dolce Vita, devrait connaitre ses premiers bouleversements, dès ces prochains mois.

Le futur cinéma sera équipé de quatre salles en gradins, assurant une visibilité maximale,  pour une capacité totale de 634 fauteuils.

La  salle de projection la plus grande, destinée à accueillir également des spectacles [ au nombre de 16 par an selon le protocole liant l'exploitant à la mairie d'Andernos], a une capacité de 254 places. Celle-ci est équipée d'une scène de 19 m sur 10. Côté gradins, elle a été prévue pour augmenter la jauge de 96 fauteuils supplémentaires. Une seconde enceinte, de dimension intermédaire, peut accueillir 188 fauteuils. 

 

Deux autres salles, d'une capacité équivalente de 96 places, complètent l'équipement culturel. Les concepteurs du projet mettent en exergue la qualité du confort du Dolce Vita. La surface des écrans de projection va de 9 mètres à 16,50 m. Projection numérique, son dolby, image en 3D, parking de 120 places et... programmation contractuelle associant le cinéma populaire et les films d'art et d'essai complètent le dispositif.

La maquette représentant la disposition des quatre salles de projection du cinéma La Dolce Vita.
La maquette représentant la disposition des quatre salles de projection du cinéma La Dolce Vita.

Lire la suite

Tous les films en VO, bien sûr!

Place aux femmes. La huitième édition du Festival Version originale donne une place de choix aux femmes, qu’elles soient héroïnes, comédiennes et réalisatrices, au travers d’une sélection internationale d’une trentaine de films présentés du 16 au 24 mars, au cinéma Gérard-Philipe à Gujan-Mestras.

 

« Dans les rires et les larmes, elles nous disent leurs amours, leurs désirs, leurs vies. Energie et ténacité sont les points communs à tous ces beaux portraits de femmes présentés à l’occasion de cette édition », relève Mireille Martin, présidente du Festival Version originale, dans son éditorial de présentation.

Comme les années précédentes, « VO » s’adresse à tous les publics. Aux cinéphiles, avec des avant-premières et des films inédits ; aux scolaires, avec une sélection d’une dizaine d’œuvres.  A la clé, des rencontres, des concerts et des dégustations d’après-projection. Avec quatre films programmés, le festival apporte un regard… original sur le cinéma italien.

 

Voici quelques temps forts du festival à ne pas manquer. L’intégralité du (dense)  programme est à consulter sur www.festival-version-originale.fr

« Après la guerre ». En ouverture, vendredi 16 mars, 21 h. En présence de la réalisatrice  italienne Annarita Zambrano. Le film évoque les « années de plomb » quand le terrorisme rouge et noir déferle sur l’Italie  contemporaine et  empoisonne les relations franco-italiennes.

« L’amour des hommes ». En clôture du festival, samedi 24 mars, 21 h. En présence du réalisateur Mehdi Ben Atta. Derrière l’objectif d’une jeune veuve et photographe qui reprend goût à la vie en fixant sur la pellicule des garçons de rue.  Avec un regard de femme sur les hommes, comme les hommes savent le porter sur les femmes…

 

« Les destinées d’Asher ». Mardi 20 mars, 21 h. L’Israélien Matan Yair signe un film… d’homme (s). Un portait sensible d’identité sociale et culturelle, où apparaissent les aspects féminins des êtres humains.

« Ice Mother ». Mercredi 21 mars, 21 h.  Le film tchèque de Bohdan Slama ne laisse pas… de glace et mérite même une plongée en eau profonde. Prix du meilleur scénario au Festival Tribeca 2017, L’héroïne rejoint un groupe de nageurs en eau froide. Tout à la fois une initiation et une révélation qui conduit Hana à apprendre à repousser ses limites et à bousculer ses habitudes et sa propre existence.

 

 « Les Lauriers-roses rouges ».  La cinéaste bengalie Rubayat Hossain  réalise un film sensible sur la cause des femmes en pays dévolu à la domination masculine.  « Les Lauriers » est une  œuvre émancipatrice, majoritairement interprétée par des femmes. Le film est basé sur la pièce d’un auteur fondamental  de la Renaissance au Bengladesh, Rabindratah Tagore, prix Nobel de littérature en 1913. L’actrice Shahana Goswami  est l’invitée de la soirée de projection.


Lire la suite

"La Dolce Vita": un chantier enfin assuré !

 Début mars, la Cour administrative d'appel de Bordeaux a rejeté le recours introduit par les tenants d'un projet concurrent à Arès (cinq salles), visant la décision favorable de la commission nationale d'aménagement cinématographique, délivrée en décembre 2015 pour l'exploitation de l'établissement "La Dolce Vita" à Andernos-les-Bains 

Ce obstacle levé, la construction du complexe culturel doté de quatre salles de cinéma, pourrait devenir (enfin)  une réalité au cours de l'année 2019.

La décision de justice était attendue par les partenaires du nouveau cinéma, la société privée Les Cinémas du Nord-Bassin et la municipalité, partie prenante de l'opération pour l'octroi du terrain (l'ancien stade Marcel-Despagne) et le financement  et l'utilisation conditionnée de l'une des salles à usage "mixte": cinéma et spectacles vivants. 

Andernos préféré à Arès

Les magistrats bordelais ont donc départagé les projets d’implantation d’établissements  concurrents d'Andernos-les-Bains et Arès, situés dans la même zone d’influence cinématographique "à 10 minutes l’un de l’autre",  estimant par là-même  " qu'ils ne sont pas complémentaires en termes d'aménagement culturel du territoire et qu’il existe de la sorte un risque de tension dans l’accès aux films généralistes et Art et Essai porteurs, pour lesquels les distributeurs ne pourront fournir deux copies d’un même film dans la zone". 

Un nouveau devenir attend l'ancienne salle des fêtes d'Andernos, reconvertie dans les années 50 en salle de cinéma: Le Rex. Photo M.M.
Un nouveau devenir attend l'ancienne salle des fêtes d'Andernos, reconvertie dans les années 50 en salle de cinéma: Le Rex. Photo M.M.
Le cinéma La Dolce Vita édifié sur un ancien stade. Ouverture prévue en 2019.
Le cinéma La Dolce Vita sera construit sur le site de l'ancien stade Marcel-Despagne. 175 places de parking y seront aménagées. Photo M.M.

Programmation sous garantie

Le projet autorisé prévoit que "plus de la moitié des films et 35 % des séances seront consacrés à des films Art et essai et que la programmation du futur cinéma sera assurée par l'entente VEO [réseau de cinémas néo-occitans, NDLR], dont les engagements de programmation s'appliqueront au projet et qui prévoient notamment de consacrer au moins 40% des séances à la diffusion de films européens et de cinématographies peu diffusées et de favoriser le recours aux distributeurs les plus fragiles en leur assurant une part de marché de 20 % supérieure à leur part de marché nationale".

Pour faire pencher la balance, la Cour administrative d'appel de Bordeaux relève aussi que le projet ainsi autorisé "visera le classement Art et Essai et prévoit aussi des dispositifs spécifiques à destination du jeune public que ce soit pendant le temps scolaire ou en dehors du temps scolaire".

La juridiction d'appel valide donc le choix  de la Commission nationale d'aménagement cinématographique (CNAC) en faveur du projet andernosien. Elle relève aussi sa meilleure centralité dans cette zone d'influence cinématographique, décidément très disputée  sur les bords du Bassin!

 

 

A lire aussi en rubrique Cinéma...scoop:
"La Dolce Vita", est-ce raisonnable?
 


Lire la suite

Quatre bonnes raisons d'aimer le cinéma italien

1. La preuve par neuf

La troisième édition du Festival du film italien est proposée  par l'association France-Italie Aquitaine du 13 au 18 mars à Andernos-les-Bains. Elle réserve de belles surprises.  Neuf films  sont présentés, tous en version originale sous titrée. Avant-premières et projections inédites (en France) offrent un concentré de la vitalité actuelle du cinéma italien.

2. Du drame à la comédie

C'est le reflet d'un cinéma italien qui a plongé ses racines (et son inspiration) dans un terreau social riche de ses contradictions mais  si représentatif d'une Italie partagée entre ombre et lumière.

De la comédie  dramatique au thriller, le cinéma transalpin offre cette année une palette colorée, mais parfois sombre.  "Se Dio Vuole"  en ouverture ( mardi 13 mars, 20 h 45) sonne comme une incantation aux réjouissances. Eduardo Falcone signe une sorte d'invite à la délectation, portée par d'excellents acteurs - dont un certain Alessandro Gassmann - embarqués dans une histoire mâtinée de laïcité et de catholicisme. Bref, c'est l'Italie!

   

3. Des inédits

"L'Ora Legale". Une comédie populaire signé par - et avec -  Salvatore Ficara et Valentino Picone. Le duo comique se transporte en Sicile, où les promesses électorales n'engagent souvent que ceux qui les profèrent. Sauf qu'en  la circonstance, le nouveau maire élu pour faire face à la corruption érigée en système, entend tenir ses engagements de campagne et les faire respecter.

  • Jeudi 15 mars. 20 h 45.

"Tutto Quello Che Voi". Une comédie dramatique de Francisco Bruni qui retrace la rencontre entre un vieux poète érudit et un jeune homme, sans diplôme, ni travail qui l'accompagne au soir de sa vie. Un tendre divertissement pour mémoire...

  • Vendredi 16 mars. 20 h 45.

"Finche c'e' Proscetto. C'Esperanza".  Un policier bon enfant de Antonio Padovan (dont la venue est pressentie à Andernos, lors de la projection) tourné dans la campagne vénitienne, assombrie par la mort inexpliquée d'un comte, vigneron et écologiste.

  • Dimanche 18 mars. 17 h.

4. En avant-premières

" 7 Minuti". Un thriller psychologique de Michele Placido. Pour préserver leur emploi, les ouvrières d'une usine textile rachetée par une multinationale, doivent-elles consentir à la réduction de sept minutes. Mais jusqu'à quel point iront leurs concessions ?

  • Mercredi 14 mars. 17 h 30.

"Une Questione privata". Les frères Taviani retracent un triangle amoureux sur fond de guerre.

 

  • Samedi 17 mars. 17 h 30.

Festival pratique

Du 13 au 18 mars 2018, salle Le Rex, 202, boulevard de la République à Andernos-les-Bains.

 Prix de la place: 5,50 €. Tarif réduit: 4 € (moins de 14 ans). Pass Festival: trois séances: 15 €.
Six séances: 27 € (à retirer au cinéma).
Le programme complet sur www.france-italie-aquitaine.fr.


Lire la suite

La Dolce Vita à Andernos: est-ce raisonnable?

Des passages contraints en justice ont freiné le projet du centre culturel comprenant un complexe cinématographique avec quatre salles - La Dolce Vita - dont une entité "mixte" théâtre-cinéma. D’abord fixé pour la fin 2017, le cap s'est déréglé au fil des mois. L’on peut… raisonnablement tabler sur une ouverture en 2019, une fois le chantier accompli et les recours (non suspensifs) purgés.

Le projet est réalisé par la société Les Cinémas du Nord-Bassin (1). La municipalité est partie prenante dans la construction de la salle de spectacle. Depuis sa constitution, le dossier a été contesté auprès du tribunal administratif, visant tour à tour la construction (recours rejeté), puis l’exploitation commerciale (décision en instance à ce jour) et plus récemment un contrôle de légalité portant sur le mode de financement initié avec la collectivité d’Andernos-les-Bains.

A cette heure, la vie n’est pas forcement douce pour le futur cinéma du Nord-Bassin… Pour répondre aux détracteurs,  Jean-Pierre Villa, dirigeant du groupe nouvel-occitan Veo-Cinémas - partenaire principal du projet aquitain - a choisi de jouer cartes sur table    sur le nouveau blog du Rex d'Andernos (2).  Il y rappelle « la réalité des chiffres » insistant sur « le coût raisonnable du projet ».

Un bail au long cours

Va pour un état des lieux. Le coût de l’ensemble de l’équipement est de 5 100.000 € (HT) et 6 120 000€ (TTC). Le terrain (l’ancien stade Marcel-Despagne en centre-ville, NDLR) a été mis à disposition grâce à un bail à construction, « une procédure fréquente pour favoriser le développement de la commune », argumente le rapport.

 Pierre d’achoppement du projet, la salle de théâtre et spectacle, exploitée conjointement comme salle de cinéma, a été conçue comme une opportunité économique et culturelle:  « Il a paru préférable qu’elle [la municipalité] soit également propriétaire du bâti [de la salle] » explique l' analyse publiée sur le blog. Son coût spécifique est de 1,76 M€, dont 70 000 € à la charge de la société Les Cinémas du Nord Bassin. Le bail est consenti pour une durée de cinquante ans, au terme duquel le bâtiment deviendra propriété de la commune. Le loyer initial est fixé à 3000 € par an. En cela, la société partenaire s’engage à reverser 5 % des recettes de l’exploitation de la salle avec « un minimum de 20 000 € annuel en valeur initiale ». La LCNB versera au terme du contrat « au minimum 1 000 000 € ».  


« Pas à n’importe quel prix ! »

Marie-France Comte, conseillère municipale et ancienne première adjointe de l’équipe en place, relevée de ses fonctions en 2015, a adressé en février un courrier au sous-préfet pour émettre « des réserves » quant au montage financier du « contrat de cinéma » liant la société privée Les Cinémas du Nord-Bassin à la municipalité d’Andernos. Dans sa lettre, rendue publique entre temps, l’élue s’interroge sur son montant global « de plus de 5 M€ (4,1 M€ selon les initiateurs du projet, NDLR) qui engage les Andernosiens sur plusieurs générations (...) ».

Via le blog dédié, Véo-Cinémas précise au passage que « cette partie de l’équipement est une partie annexe de l’ensemble du projet et validé par le service des Domaines ».Le centre culturel, une fois livré, reviendra à 4 100 000 € (TTC) financé à hauteur de 73 % (2 400 000 €) par la société LCNB.

Le coût final est compensé par les subventions accordées : 400 000 € par la Région Nouvelle Aquitaine et 500 000 € par le Centre national du Cinéma, soit une contribution institutionnelle de l’ordre de 27 %.

Un aperçu du nouveau cinéma La Dolce Vita. La livraison du nouveau centre culturel  à Andernos est attendue en 2019. Photo DR
Un aperçu du nouveau cinéma La Dolce Vita. La livraison du nouveau centre culturel à Andernos est attendue en 2019. Photo DR

« Des coûts maîtrisés »

« Le coût est raisonnable. Celui de l’équipement, calculé au fauteuil, selon la méthode de l’Agence du développement régional du cinéma (3) sera de 4,897 (HT) par fauteuil en 2018 », situant le futur cinéma d’Andernos  dans la moyenne basse d’une fourchette nationale estimée entre 4600 € et 5600 €. « Les coûts sont parfaitement maîtrisés, est-il encore rappelé. Ils seront parmi les plus bas des équipements réalisés ces dernières années ». Le prix à payer « pour un cinéma de haute qualité et très confortable. ». On en accepte raisonnablement l’augure…

 

(1) Créée en 2011 par Philippe Gonzales, actuel responsable de l’exploitation du cinéma Le Rex à Andernos. Le groupe Véo-Cinémas en est également actionnaire.

(2) Blog du cinéma le Rex à Andernos-les-Bains http://rexandernos.canalblog.com/

(3) Hors lots divers, honoraires et équipements image-son.

 

 M.M.


 Marie-France Comte annonce avoir saisi le contrôle de légalité, et non un recours, considérant la procédure  «normale et légitime ».

«J’ai simplement demandé au sous-préfet de dire si le contrat est conforme aux procédures et aux intérêts légitimes des habitants ou si certains points pouvaient être renégociés » souligne l'ancienne adjointe  qui réaffirme  également son attachement ancien au projet de cinéma (...) mais, poursuit-elle « pas à n’importe quel prix (…) Un projet privé financé à 70 % par les contribuables mérite un examen précis ». 


Lire la suite

Le Gérard-Philipe avec l'art de transformer l'essai

C’est un diagnostic en trompe-l’œil. Si le cinéma français affiche des signes de bonne santé, le marché hexagonal, lui, enregistre pourtant un recul global de -0,6% en 2017.  18 films ont dépassé l’an dernier le million d’entrées. Le communiqué victorieux s’appuie sur les scores exceptionnels de « Raid Dingue » (4,6 millions d’entrées) « Valérian » (4 millions) ou  « Alibi.com » (3,8 M) et autres blockbusters qui ont balisé l’année cinématographique. Dans les fauteuils d’orchestre, le ciné français - essentiellement représenté par la petite exploitation des salles  (jusqu’à 80 000 entrées) -  tire quand même un peu la langue.  Le  réseau girondin Artec, qui exploite notamment les écrans de Gujan-Mestras et de Biganos, n’échappe pas à la tendance: baisse de - 5% de fréquentation pour l’ensemble ses quinze cinémas, pour une moyenne  générale de 15 300 entrées. 

En résistance

 Certes, l’an passé, la production cinématographique s’est révélée inégale.  Des films  comme « Star Wars », « Moi, Moche et Méchant 3 », » Baby Boss », » Le Sens de la fête », « Ça » (en sortie nationale à Gujan-Mestras) ont  tiré le marché vers le haut.  Le créneau Art et essai a  cependant souffert, n’offrant que peu de films porteurs. «  Lalaland »  ou « The Square » (Palme d’or au Festival de Cannes 2017) ont  toutefois rencontré leur public. 

Le Gérard-Philipe  à Gujan-Mestras, deuxième salle mono-écran girondine après Soulac, a bien résisté à l’érosion de la fréquentation. Le cinéma du Sud-Bassin, ancré sur le créneau Art et essai, maintient ses positions avec succès.

Malgré la concurrence des salles arcachonnaises, il a attiré les cinéphiles en progressant de + 6%  avec 24 500 entrées en 2017. Il double  ainsi sa fréquentation en une décennie (12 000 entrées en 2007). La rénovation de la salle prévue cet été, avec une offre agrémentée dans la programmation (de nouveaux horaires en début de soirée sont à l’étude chez Artec) devraient permettre au cinéma de préserver cet élan.

  Avec 13 500 entrées, le cinéma du Centre culturel de Biganos observe un net recul de sa fréquentation par rapport à 2016 (15 000  entrées). Un retrait à relativiser car, cette année-là, la salle de Biganos avait profité de la fermeture technique du Rex à Andernos-les Bains entre février et juin, enregistrant un surplus conséquent de 2000 entrées.

L'image... pas le son

Après une année « noire » en 2016, le  cinéma Le Rex à Andernos-les-Bains a abordé une délicate année de transition, à la reconquête de son public, et dans la perspective de la création d’un complexe culturel  de quatre salles (1). De manière surprenante, les chiffres de fréquentation 2017 n’ont pas été divulgués par son exploitant. La période de référence reste donc 2015 avec 50 000 entrées revendiquées, ce qui ferait du mono-écran andernosien une exception remarquable dans sa catégorie pour le Grand  Sud-Ouest. Le responsable ne s’est pas  davantage montré plus explicite quant à ses rencontres avec ses spectateurs et leurs goûts et préférences en 2017, choisissant de les camoufler sous la moquette… Le muet pas mort à Andernos ?

(1) Des recours en justice freinent le projet, à l’origine attendu en 2018.

M. M.


Lire la suite

"Les Mouchoirs 2" : début du tournage en avril

La confirmation - encore officieuse -  émane des Productions du trésor, société d'Unifrance, à l'origine du film à succès "Les Petits Mouchoirs" réalisé par Guillaume Canet en 2009 sur la presqu'île du Cap Ferret. Neuf ans après, le tournage d'une suite débuterait  dès le mois d'avril. L'organisation du tournage devrait être effective d'ici le mois de février, précise la société parisienne, sollicitée cette semaine par toiles-bassin.fr

 L'annonce n'est à vrai dire pas une surprise. Au titre des rumeurs concordantes, l'actrice Valérie Bonneton, déjà au casting du précédent film, avait la première vendu la mèche, l'an passé.

 Marion Cotillard, compagne de Guillaume Canet, également au même générique, l'avait consenti à demi-mot, l'été dernier à "Sud-Ouest". Depuis les démentis opposés par le réalisateur ou les "no-comment" des autres acteurs des "Petits Mouchoirs" laissaient plutôt pressentir un probable engagement au prochain tournage.

 

La maison  déjà choisie en 2009, sera de nouveau louée  ce printemps pour accueillir le tournage de la suite du film réalisé par Guillaume Canet. Photo DR
La maison déjà choisie en 2009, sera de nouveau louée ce printemps pour accueillir le tournage de la suite du film réalisé par Guillaume Canet. Photo DR

 Le site Internet de "Sud Ouest"  a relayé  le 12 janvier l'information selon laquelle la maison qui  avait  déjà servi de décor naturel en 2009 venait d'être louée pour "plusieurs mois".

 La confirmation du lancement du tournage des "Petits mouchoirs" au printemps ferait-il démentir le dicton "En avril, ne te découvre pas d'un fil(m)" ?

 

 


Lire la suite

Festival du film italien: les dates connues

La troisième édition du Festival du film italien de déroulera du mardi 13 mars au dimanche 18 mars au cinéma Le Rex à Andernos-les-Bains.

 Fort du succès rencontré auprès des cinéphiles (la fréquentation à doublé par rapport à l'édition 2016, soit près de 600 spectateurs), la formule est inchangée. Comme l'an passé, huit films, récents ou en avant-première ( et en version originale sous titrée) seront a priori proposés. Leur sélection est actuellement en phase de réflexion au sein de l'association organisatrice France-Italie. Comme l'an passé, la programmation opérée devrait mêler films d'auteur, cinéma populaire, comédies, drames, biopics et valeurs sûres, en rapport avec les évolutions de la société italienne du début du XXIe siècle...

 

Michel Vizac, président de l'association France-Italie, organisatrice de la troisième édition du festival du film italien à Andernos-les-Bains. Photo M.M.
Michel Vizac, président de l'association France-Italie, organisatrice de la troisième édition du festival du film italien à Andernos-les-Bains. Photo M.M.

Lire la suite

Louis XV repéré... au Cap Ferret

Igor Van Dessel, bientôt 15 ans, interprète l'enfant-roi Louis XV dans "L'Echange des princesses", le nouveau film de Marc Dugain, actuellement sur les écrans.   L'écrivain et réalisateur a repéré le jeune acteur belge dans le téléfilm "Entre deux mères" de Renaud Bertrand, tourné en 2016 sur les plages de la presqu'île du Cap Ferret.

 Avant de jouer dans "l'Echange des princesses", Igor Van Dessel a figuré dans plusieurs courts-métrages et téléfilms. Il a figuré dans les castings de films, tels que "Le Voyage de Fanny" (2016),"Le Fidèle"(2017), "Le Rêve de ma mère", qui sera porté sur les  les écrans en 2018. Il s'est aussi ouvert une voie... royale en prêtant sa voix pour des doublages dans des films d'animation ("Pinocchio", "Peppa Pig", plus récemment "Le Parfum de carotte"). 

L'adolescent belge a débuté sa  jeune carrière en 2013 en interprétant un rôle dans l'opéra "Pelleas et Melisande", présenté en 2013 au Théâtre de la Monnaie.


Lire la suite

La nouvelle jeunesse du Gérard-Philipe

 Depuis plusieurs années, la rénovation du cinéma mono-écran Gérard-Philipe à Gujan-Mestras resurgissait  régulièrement dans les conversations.  C'est désormais une réalité.  En effet, la commune (1) vient de porter sur les fonts baptismaux un projet de  réhabilitation de la salle de La Hume, qui devrait être effectif dès cet été pour une mise en exploitation à partir du mois de septembre.

 

 Cette modernisation souhaitée par la municipalité et le délégataire Artec (2) s'est avérée d'autant plus indispensable que l'audience du cinéma s'est accrue au fil des  derniers exercices avec une  fréquentation en hausse  régulière (plus de 20 000 spectateurs recensés en 2016, 21 000 estimés en 2017).

 

 La salle se met donc au goût du jour avec une meilleure accessibilité et un plus grand confort (notamment pour les personnes handicapées). Les tavaux prévoient la reprise des pentes de la salle, la réfection des murs et du sol, enfin l'amélioration de l'acoustique et le remplacement des 182 fauteuils existants. Le matériel de projection, déjà modernisé lors que passage au numérique, ne sera concerné que partiellement.

 

La salle du cinéma Gérard-Philipe  à Gujan-Mestras est atteinte par la limite d'âge. Elle sera réhabilitée cet été. Photo M.M.
La salle du cinéma Gérard-Philipe à Gujan-Mestras est atteinte par la limite d'âge. Elle sera réhabilitée cet été. Photo M.M.

 Le coût  total de la rénovation du Gérard-Philipe s'élève à 310 000 €, abondé par des aides financières du Centre national de la cinématographie (154 500 €) et de la Région Nouvelle-Aquitaine (95 500 €). La commune prendra en charge le reste du financement de l'opération (59 200€). Les travaux sont programmés du 15 juin au 31 août. Vivement la rentrée !

 (1) Conseil municipal du 15 décembre 2017.

 

 (2) Le réseau de cinémas Artec assure l'exploitation des salles de Gujan-Mestras et Biganos en délégation de service public


Lire la suite

Canet au Ferret: c'est Noël et surf sous les pins

Pour ne pas déroger à ses habitudes vacancières, Guillaume Canet à choisi de partager entre potes les fêtes de Noël... au Ferret et alentours. Une pause roborative pour l'acteur et réalisateur, qui a sorti, non pas les petits mouchoirs (quoique...), mais les planches pour affronter les vagues de l'océan. Sa passion, ici, propagée sur les ondes d'Instagram ...

Lire la suite

La Région soutient le nouveau cinéma d'Andernos

La commission permanente du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine vient d'allouer alloué une subvention de 400  000 € à la société Les Cinémas du Nord Bassin dirigée par la famille Villa pour la construction du nouveau cinéma La Dolce Vita à Andernos-les-Bains.

Au mois de septembre, l'autorisation  avait été donnée  à Jean-Yves Rosazza, maire d'Andernos-les-Bains pour signer la promesse à bail à construction d'une durée de cinquante ans de l'espace culturel cinémas-spectacle au profit du réseau régional occitan Véo-Cinémas.

Le complexe culturel doté de quatre salles pour une capacité de 637 places devrait se substituer en 2019 à l'actuel cinéma mono-écran Le Rex.

 

La relève attendue pour Le Rex, cinéma historique d'Andernos-les-Bains. Photo M.M.
La relève attendue pour Le Rex, cinéma historique d'Andernos-les-Bains. Photo M.M.

Lire la suite

Guillaume Canet fait un "p'tit break"

Par quelques messages sur son compte Instagram "guillaumecanetofficiel", l'acteur n'a pas fait mystère de sa présence sur le presqu'île du Cap Ferret, puis sur la côte basque, en ce début des vacances scolaires d'automne. Au programme: sea, surf and sun pour cet habitué du Ferret qui affronté les vagues avec son ami  Vincente Lizarazu, ex-footballeur..... Des vacances régionales et itinérantes, on le suppose aussi, passées à bord de sa splendide caravane en alu Airstream.

Sans pour autant  avoir vouloir jouer les courants d'air (et d'eau), Guillaume Canet aurait été néanmoins aperçu  dimanche 22 octobre à Andernos-les-Bains, comme l'a attesté cette autre internaute qui a diffusé la nouvelle sur Instagram, toujours. 

Guillaume Canet et Vincente Lizarazu
Séquence surf d'automne avec Vincente Lizarazu, son pote "the one and only". Capture d'écran Instagram

Lire la suite

Le feeling joue aussi avec Artec

L’attrait ou le succès d’un film ne se mesurent pas forcément à la notoriété d’un réalisateur, à l’apport du casting, à la qualité du scénario ou encore à l’efficacité d’une campagne de promotion… En dépit de tous ces aspects « bankables », c’est, au final, le public qui détient le droit de vie ou de mort d'un film...

  « Au vrai, personne ne peut prévoir un succès. Mais on peut sentir que ça va fonctionner. C’est une question de feeling, concède Nicolas Rabaud, directeur et programmateur de la société Artec à Lormont, réseau prestataire indépendant de Gironde. On doit être attentif à ce que le spectateur perçoit, bien qu’en matière d’art et d’essai, l’estimation d’un film réclame davantage d’expertise ».

 

« Dans le milieu, nul ne croyait au succès du film "Les Intouchables" [2011, d’Eric Tolédano et Olivier Nakache]. Pourtant, le film a enregistré plus de 2 millions! », relative le responsable. Bien sûr, les festivals et autres rencontres professionnelles guident et facilitent la détection. Le choix s’impose aussi de lui-même. « Vous ne pouviez songer passer à côté du dernier «  Scorsese », concède Nicolas Rabaud, à titre d’exemple…   


En chiffres

15. Le nombre de cinémas exploités en Gironde par Artec. Biganos (centre culturel); Blaye (Le Zoétrope); Carbon-Blanc (Le Favols); Carcans (L’Estran); Coutras (salle Maurice-Druon); Eysines (Le Plateau-cinéma Jean-Renoir); Gujan-Mestras (Le Gérard-Philipe); Lacanau (Le Familia); Lesparre-en-Médoc (Le Jean-Dujardin).

Marcheprime (La Caravelle); Pompignac (cinéma Anamorphose); Saint-André-de-Cubzac (Magic Ciné);

Saint-Médard-en-Jalles (L’Etoile); Salles (Le 7Art);

Soulac-sur-Mer (L’Oceanic).

18. Le nombre de salles exploitées en gestion privée ou en délégation de service public, en relation avec une municipalité.

 

550. Le nombre de films diffusés en 2016 sur les écrans du réseau Artec.

1,3. En millions d’euros, le chiffre d’affaires enregistré en 2016 par Artec.

330 000.  Le total des entrées enregistrées dans les cinémas gérés par Artec en 2016. 

6. Le nombre de salles prévues pour l’extension du Magic Ciné à Saint-André-de-Cubzac qui inclut la construction d’un amphithéâtre en plein air. L’objectif serait d’optimiser la fréquentation autour des 200.000 entrées.

2. Le nombre de salles envisagées  dans le cadre de la modernisation toujours en gestation  du Gérard-Philipe à Gujan-Mestras (La Hume). 

80. Les prestations en plein air proposées en 2016 par Artec.   


  Jusqu’à la projection sur les écrans, se déroule un processus codifié. Le système du cinéma français est spécifique. Il est fondé sur les relations de confiance entre exploitants - distributeurs et diffuseurs. Ses principes sont fondés sur la redistribution. La mise en circuit d’un film induit le partage des risques et des… recettes après le passage d’un film. 

 

Enjeux d'une première semaine

Ces intérêts conjoints régissent sensiblement la programmation des films dans les salles, explique Nicolas Rabaud. Ainsi le nombre de copies est fixé en amont, d’après les estimations des recettes. « On n’a pas toujours les films que l’on voudrait en sortie nationale. Le film "Moi, Daniel Blake" réalisé par  Ken Looach en 2016 n’avait pu être diffusé qu’en deuxième semaine ».

Nicolas Rabaud  société Artec
Nicolas Rabaud, directeur du réseau cinémas Artec de Gironde. Photo M.M.

En dépit de ces quelques déficits, le « poids » économique d’un réseau de salles à l’image d’Artec, facilite l’attribution de films au même rang que les influents complexes. En 2017, la levée s’est avérée performante grâce à « Cars 3 » ou « La La Land » entre autres.

Les sorties nationales jouent indéniablement un rôle de « locomotive »  et d’exposition auprès du public. Au réseau d’exploitation de s’adapter. Au mois d’octobre, pas moins de quatre sorties nationales sont prévues dans les salles du réseau cinématographique girondin. Au pic des concentrations annuelles, notamment en cette fin d’année (et de fêtes), le rendez-vous est d’ores et déjà pris avec les attendus « Star Wars »,

« Paddington II » , « Stars 80, la suite », « Santa et Cie»... 

Par ailleurs, explicite le professionnel, des paramètres techniques ou conventionnels comme l’application de taxes, dont la VPF (taxe d’impression de copie numérique), conduisent à s’accommoder des délais et programmer les films nouvellement sortis en deuxième semaine, voire en cinquième semaine, seuil à partir duquel les copies sont exonérées de la taxe VPF.  

Des spectateurs, vus de profil...

Artec dirige quinze cinémas et leurs dix-huit salles en Gironde (premier département français en terme de taux d’implantation après l’Île de France), soit en gestion directe, soit sur le mode de la délégation de service public (DSP), à l’exemple du centre culturel de Biganos.

La programmation tient compte de plusieurs paramètres : la situation générale, économique, démographique de chacune des zones d’influence. Mais aussi de l’estimation du potentiel d’un public local. C’est dire que l’éveil au cinéma et les goûts du spectateur, qu’il soit jeune ou senior, restent des facteurs primordiaux dans l’établissement d’une ligne éditoriale. De fait, cela induit la fréquentation des salles obscures, « mère » de toutes les stratégies.

 

Ainsi le Gérard-Philipe de Gujan-Mestras, périmètre sensible à la découverte cinématographique, incline à proposer des films d’art et d’essai, précise Nicolas Rabaud. Ceci justifie qu’un distributeur puisse trouver intérêt à sortir un film dans un cinéma de proximité plutôt qu’un autre.

L’enjeu est d’autant plus important que l’accès au film s’est accéléré à l’avènement de la projection en numérique au détriment de la bonne vielle bobine. Diversité et internationalisation du cinéma obligent, la tendance actuelle est au raccourcissement de la durée d’exploitation d’un film, influant sur leur programmation.

En tout état de cause, les choix opérés comportent à chaque étape une part de risques. Les risques du métier ? 

Michel Mahler 


Lire la suite

Naissance d'un tueur au Ferret

 Le tournage de « Versus », premier film long-métrage du réalisateur franco-canadien François Valla ("Beauséjour", "Wakefield", "Histoire d’amour")

a débuté le 16 septembre sur la presqu’île du Cap-Ferret.

Un drame qui associe Karidja Touré et Lola Le Lann, jeunes révélations dans « Bandes de filles » de Céline Sciamma et "Un Moment d’égarement" de Jean-François Richet. Jérémie Duvall ("Mon père est femme de ménage" avec François Cluzet...) et Jules Pelissier (ex-candidat de l’émission "Nouvelle Star", acteur dans "Un moment d’égarement"...) interprètent les rôles principaux dans un face-à-face ténébreux et tendu qui finit tragiquement.

Au départ, un fait divers...

Aux côtés de Matilda Marty et Michael Cohen, entre autres, deux autres acteurs n’arrivent pas incognito. Benjamin Baffie, le fils de l’animateur et metteur en scène Laurent Baffie fait son apparition pour la première fois à l’écran. Victor Belmondo, fils de Paul et petit-fils de Jean-Paul Belmondo, déjà remarqué dans  "Monsieur Sim" de Michel Leclerc, figure au casting.

"Versus" emprunte sa genèse à un fait divers qui avait interpellé François Valla, voici quelques années : l’agression d’un jeune étudiant de Sciences Po dans un bus parisien par des loubards qui le violentent sauvagement pour lui prendre son argent. Déjà la scène avait été filmée par les appareils embarqués de vidéo-surveillance. C’est le point de départ du scénario co-écrit par François Valla et Nicolas Journet (1), lui-même producteur (Playground Films).

Achille (Jérémie Duvall) est accueilli par une tante au Cap Ferret pour se remettre de cet événement hautement traumatique, ici transposé dans le scénario. Il fait la connaissance de Brian (Julien Pelissier), un jeune homme, néo-délinquant et tourmenté. Tout son contraire. Achille pourtant éprouve une sorte de fascination pour son aîné, lequel égaré dans une spirale de violence, rêve du grand amour avec Léa, égérie d'une bande de jeunes, mais aussi d’une vie (presque) rangée.

En haut: Jules Pelissier, Lola Le Lann. En bas: Karidja Touré,

Jérémie Duvall. 

Tournage de "Versus" par François Valla du 16 septembre au 14 octobre 2017 au Cap-Ferret.
Premières scènes de tournage de "Versus" de François Valla, place Walter-Reinhard au Cap-Ferret. Ici, l'arrivée du jeune étudiant Achille, accueilli par une tante après une agression dont il a été victime à Paris. Photo M.M.

Dernier clap le 14 octobre

  Cette rencontre sous haute tension entre le petit bourgeois parisien et un jeune néo-délinquant vire à la confrontation dans un rapport de classes sous-jacent, jusqu’au dénouement final : la naissance d’un tueur. "Brian est dans l’incapacité de vivre sa vie. Quant à Achille, il aspire à autre chose que son statut social lui propose" explique Nicolas Journet qui maintient le suspense quant au tragique dénouement.

L’équipe de "Versus" a débuté le tournage le 16 septembre sur la presqu'île. Une scène à la clinique d’Arès, s'est intercalée le 20 septembre pour se "recentrer" depuis  Ferret, où se déroule l’essentiel de l’intrigue. Sur les conseils de Nathalie Dubourdieu, une comédienne capferrienne figurant au casting du film (Brigitte), François Valla et Nicolas Journet ont goûté à l’attractivité du Cap-Ferret, ses charmes océaniques, finalement préférés à d’autres cieux balnéaires pressentis en Bretagne…  "Ici la lumière est magnifique. Les premières images tournées sont belles", atteste le co-scénariste. Lequel se félicite de l’accueil réservé à l’équipe, qui a notamment tourné  à proximité de l’hôtel Côté Sable, à deux foulées de la plage. Nicolas Journet loue également "l’esprit d’écoute et la réactivité" de la mairie de Lège-Cap-Ferret qui a délivré les autorisations de tournage.

La production a retenu trois sites de tournage au Ferret. Deux tiers des prises sont prévues à l’intérieur de maisons d’habitation. 70 % du film est réalisé en nocturne, "noirceur" du film oblige. Il doit s’achever le 14 octobre. L’épisode parisien de l’agression d’Achille sera tourné au final.

L'apport de Netflix ?

Nicolas Journet espère que la qualité du film (90 min.) lui vaudra d’être sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs 2018, manifestation parallèle au Festival de Cannes. "Versus" serait porté à l’écran fin 2018 ou en 2019. Selon les souhaits du producteur et du réalisateur - imprégné de culture outre-atlantique - il pourrait être versé dans le catalogue proposé par Netflix. "C’est la tendance actuelle, notamment auprès des jeunes cinéphiles. Par ailleurs, le support Neflix accorde de la place aux films de genre et à la créativité".

Certes il faudra patienter pour connaître l’identité du tueur et savoir lequel des deux - Achille vs Brian - aura basculé dans la criminalité au Ferret...

 

Michel Mahler

 

(1) Avec la participation de Sophie Kovess-Brun et Erwan Augoyard.


Lire la suite

Nouveau cinéma à Andernos: le bon plan !

Une "autostrada"  s'ouvre devant " La Dolce Vita "... Une étape importante s'est accomplie vendredi 15 septembre, avec l'autorisation donnée à Jean-Yves Rosazza, maire d'Andernos-les-Bains pour signer la promesse à bail à construction d'une durée de cinquante ans de l'espace culturel cinémas-spectacle au profit de la société Les Cinémas du Nord Bassin (SCNB), portée par le réseau régional occitan Véo-Cinémas.

Ce dossier débattu par les élus andernosiens donne un tour décisif à un projet qui - au contraire d'autres initiatives plus anciennes - n'aura pas connu jusqu'à présent d'avanies majeures...

Concrètement, les travaux pourraient débuter ces prochains mois sur l'emprise de l'ancien stade Marcel-Despagne (on évoque le mois de janvier), situé au coeur d'Andernos-les-Bains, à proximité des halles.

Il s'agit d'un complexe de quatre salles, pour une capacité totale de 637 places.

Singularité, l'une des salles sera dédiée aux spectacles vivants. L'accord entre la municipalité et la société Les Cinémas du Nord-Bassin spécifie en effet l'acquisition de cette salle pour la somme de 1,760 M €, mais en échange de sa jouissance et louée par ailleurs à la SCNB pendant les périodes de non-utilisation.

Enfin, le bail à construction prévoit un loyer annuel

de 3000 € pour la location du terrain constructible. 

Une incertitude subsiste cependant: l'existence d'un recours devant la Cour administrative d'appel de Bordeaux introduit par les tenants d'un projet concurrent à Arès, visant la décision favorable de la commission nationale d'aménagement cinématographique, délivré en décembre 2015 pour l'exploitation de l'établissement "La Dolce Vita". Un recours qui ne vise cependant pas la construction du complexe andernosien.

 

 

Le nouveau complexe culturel sera édifié en lieu et place de l'ancien stade Marcel-Despagne à Andernos-les-Bains. Photo M.M.
Le nouveau complexe culturel sera édifié en lieu et place de l'ancien stade Marcel-Despagne à Andernos-les-Bains. Photo M.M.

Un cinéma très attendu

Les concepteurs du projet ont bon espoir de voir se lever ce dernier obstacle administratif dans un délai proche, vraisemblablement au cours du premier trimestre 2018. 

En tout état de cause, les cinéphiles du Nord-Bassin ne pourront que se réjouir de la création de "La Dolce Vita". Longtemps contenue à la seule programmation de la salle du "Rex" à Andernos-les-Bains, l'offre s'étoffera grâce à un équipement aux normes, une palette de films élargie, des horaires aménagés, et ce qui ne gâte rien,  un accueil modernisé. La "dolce vita" garde aussi quelques bons côtés...

 

 M.M.


Lire la suite

Les Toiles du bassin à l'affiche

122. C'est le nombre des associations du Bassin, essentiellement locales mais si représentatives de la vitalité du tissu social, qui ont présenté leurs activités respectives, samedi 2 septembre, à Andernos-les-Bains. Un forum, qui scande la rentrée, et qui a donné l'occasion au monde associatif de s'afficher en "vitrine" pour mieux se faire connaître.  Dans le volte culturel,lLa jeune association Les Toiles du bassin, créée en octobre 2016,s'joint pour la première fois au forum andernosien. Parmi les 7000 visiteurs recensés, beaucoup ont  (heureusement) apprécié le stand n° 23, agrémenté d'affiches "vintages" - quelques-unes plus actuelles -  et de  vielles bobines de films, prêtées par Gilles Vidal, le propriétaire de l'ancienne salle Oasis du Petit-Piquey à Lège- Cap-Ferret.

Les Toiles du bassin a notamment présenté le cinémagazine www.toiles-bassin.fr,  son contenu attractif avec des articles d'actualité cinématographique sur le Bassin, des chroniques historiques et des rubriques, sans oublier la programmation des films à Andernos-les-Bains (cinéma Rex), Biganos (Centre culturel) et Gujan Mestras (cinéma Gérard-Philipe).

 

Toiles du Bassin au Forum des associations à Andernos-les-Bains
Les Toiles du Bassin au Forum des associations à Andernos-les-Bains, samedi 2 septembre. Photo M.M.

  Ces rencontres ont été aussi l'occasion de restituer les actions conduites par l'association (Journée des droits de la femme, lire en rubrique Achives, NDLR) et d'évoquer les projets que ne manquera pas d'initier les Toiles du Bassin. Certes se faire l'écho d'un besoin d'élargir l'horizon culturel du Bassin au septième Art, mais aussi susciter l'envie de partager la passion du cinéma...


Lire la suite

Le Ferret, "village people" tranquille

S'ils n'approchent un plateau durant l'été, il ne s'agira  évidemment que d'un bon plat de fruits de mer dégusté dans la quiétude des vacances au Cap Ferret... Comédiens, acteurs, musiciens, chanteurs,écrivains, personnalités politiques, tous en villégiature ou de passage, habitués du Bassin ou en séjour de découverte, ils sont quelques-uns à avoir été croisés sur les marchés  ou dans les restaurants ostreïcoles de Claouey, du Ferret, ailleurs à Piraillan, La Vigne, Petit-Piquey...

Ces personnalités - entre autres du cinéma ou de la télévision - ont choisi de passer leur mois d'août sur la presqu'île, loin du "bling-bling" parisien, en tongs plutôt qu'escarpins ou mocassins...

Les habitués:   En pause repos, le couple d'acteurs Guillaume Canet et Marion Cotillard qui ont séjourné dans leur résidence sous la pinède, entre l'Herbe et La Vigne, Zabou Breitman. Les chanteurs Pascal Obispo, Calogero ou Mathieu Chedid;  Laurent Delahousse Claire Chazal, Françoise Laborde pour le secteur "presse people",  ont pris leurs quartiers d'été au Ferret.

Ils ont succombé: Le pianiste de jazz Guy Terrasson s'est même offert un concert public. Pour le plaisir. l'acteur François Berléand et sa compagne l'écrivaine Alexia Stresi  et leurs enfants ont séjourné à Petit Piquey pour des vacances familiales.

Les furtifs: Ceux qu'on aperçus ou cru reconnaître: Mar-Olivier Fogiel, sans son divan, Marie-Anne Chazel, l"égérie des "Bronzés"... 

 Le temps des vacances  pour Marion Cotillard qui  a retrouvé le Cap-Ferret
Le temps des vacances pour Marion Cotillard qui a retrouvé le Cap-Ferret

Lire la suite

Du classique à la récré

 Plusieurs grands classique du film d'animation sont proposés au jeunes cinéphiles en ces mois de juin et juillet. Un avant-goût de fête et de grandes vacances...

 

 

Les oiseaux de passage

Film d'aventure d'Olivier Ringer.

 

Subtil et humaniste. Pour Cathy, il n'est pas toujours facile d'être née le 29 février, surtout quand, pour ses 10 ans, son papa n'a pas d'autre idée que de lui offrir un oeuf à faire éclore. Quand un caneton sort de la coquille en présence de sa meilleure amie Margaux, celui-ci est persuadé que la petite fille est sa maman. Mais Margaux n'est pas en état de s'occuper d'un bébé canard, elle est coincée sur un fauteuil roulant et elle doit bientôt partir vivre en institution.

Ses parents décident de se débarrasser de l'oiseau. Et quand Cathy et Margaux apprennent que le canard a eu de chance de s’en sortir, elles se lancent dans un périple où elles découvriront bien plus sur elles-mêmes que sur le sauvetage d'un palmipède.

Dès 8 ans. Samedi 10 juin, 18 h, salle Gérard-Philipe à Gujan-Mestras.


Anastasia

Film d'animation des studios Walt Disney par David Bluth et G. Godman. Durée: 1 h 25.

 

Un  film  estampillé Walt Disney et sorti en 1998, mais qui n'a pas pris une ride... Un vrai scénario, une trame historique respectée, un parcours accessible pour tous. Bref, une réussite.

 L'histoire: Saint-Pétersbourg, 1917. Comment

l’impératrice Marie et sa petite fille

Anastasia vont être sauvées du funeste sort, provoqué par la révolution, qui s’abat sur la famille impériale, par un jeune employé de cuisine : Dimitri.

Dès 6 ans. Dimanche 18 juin, 11 h salle Gérard-Philipe à Gujan-Mestras.

 


La Belle au Bois dormant

Film d'animation des studios Walt Disney par Wolfgang Reitherman.

 

Un autre grand classique du film d'animation.

La princesse Aurore, victime d'un sort que lui a jeté la sorcière Maléfique, s'est endormie d'un profond sommeil dont le seul baiser d'un prince peut l'éveiller. Ses marraines, les fées Pimprenelle, Flora et Pâquerette, unissent leurs pouvoirs magiques pour aider le vaillant prince Philippe à combattre le redoutable dragon, gardien du château où dort Aurore.

Dès 3 ans,  1 h 15.  Dimanche 25 juin,11 h, salle Gérard-Philipe à Gujan-Mestras. Titre original "Sleeping Beauty".


Le carnaval de la petite taupe

Film d'animation de Zdenek Miler.

 

La joyeuse petite taupe revient dans des épisodes inédits au cinéma. Sa curiosité et sa malice l’entraînent une nouvelle fois dans des aventures burlesques et attendrissantes qui feront le bonheur des plus petits spectateurs !

Dès 3 ans. 40 mn. Dimanche 3 juillet, 16 h 30

(ciné-goûter), salle Gérard-Philipe à Gujan-Mestras.





Lire la suite

Printemps espagnol à Andernos

Et de quinze. «  Espagne, joue-moi ton cinéma » retrouve son traditionnel rendez-vous printanier pour la quinzième édition d’animation consacrée au cinéma ibérique, mercredi 24 mai (veille de la fête de l’Ascension) à la salle Le Rex à Andernos.

Convivialité, invitation à la découverte de la production  cinématographique « tras los montes » - centrée sur des films inédits et œuvres du partimoine espagnol- restent les principes premiers de cette manifestation mis en œuvre par le comité de jumelage Andernos-les-Bains- Segorbe. Les aficionados du cinéma espagnol sont bien sûr de nouveau à la fête. « C’est aussi offrir l’opportunité de voir des films espagnols en avant-première, peu ou pas distribués en France », précise Jean-François Garric qui supervise la sélection de « Espagne, joue-moi ton cinéma ».

Comme l’on ne change pas les formules gagnantes, trois films grand public en version originale sous titrée sont programmés cette année.

La sélection est complétée par deux autres films destinées au public lycéen et collégien (« Siete Caras », le 23 mai et « Chala, une enfance cubaine », le 29 mai).  Comme de coutume, les spectateurs pourront profiter de la bodegita installée sur le parking du Crédit Mutuel, à côté du cinéma, avec des jeux et animations.

 

Les films sélectionnés

A 17 heures : «  El hombre de las mil caras » (« l’Homme aux mille visages ») de A. Rodriguez.  Durée 2 h 03. 

 

Francisco Paesa, ex agent secret espagnol, accepte d'aider Roldán, poursuivi pour avoir escroqué le gouvernement après avoir été directeur de la Guardia Civil. Celui-ci a sollicité son aide pour se sortir d’une sale affaire de détournement d’argent risquant d’entraîner un scandale d’Etat. Ce mercenaire sans scrupules ni vergogne, capable de se vendre au plus offrant, échange ses services contre beaucoup d'argent et espère en même temps se venger du gouvernement qui l’a trahi par le passé...


20 h 45  : « Una mujer fantástica » (« Une femme fantastique) de Sebastián Lelio. Comédie dramatique/ Chili-Espagne. Durée : 1 h 45.

Marina et Orlando, de vingt ans son aîné, s'aiment loin des regards et se projettent vers l'avenir. Lorsqu'il meurt soudainement, Marina subit l’hostilité des proches d'Orlando : une "sainte famille" qui rejette tout ce qu'elle représente. Marina va se battre, avec la même énergie que celle dépensée depuis toujours pour devenir la femme qu'elle est : une femme forte, courageuse, digne ... une femme fantastique !

Ours d’argent du meilleur scénario à la Berlinade 2017.


22 h 45 : « Tarde para la ira »  (« La colère d’un homme patient »)  de Raúl Arévalo. Thriller/ comédie dramatique /Espagne. Durée : 1 h 35. Interdit aux moins de 12 ans.

Un homme attend huit ans pour se venger d'un crime que tout le monde a oublié ;  Âpre thriller qui emprunte aux codes du western, le film analyse le comportement d'un individu ordinaire enfermé dans sa souffrance, incapable d'oublier un drame effroyable, incapable de s'arracher à la fièvre de la vengeance. Il montre aussi, à travers les personnages secondaires, comment peuvent cohabiter dans un même être l'aspiration à une vie familiale paisible et les pires excès de violence (source Wilipedia).

Nommé au Festival du film policier de Beaune 2017. Goya du meilleur film, du meilleur second rôle masculin, du meilleur scénario original, du meilleur réalisateur pour un premier film.

Jean-François Garric  (à droite) et Bernard Duranteau donnent l'impulsion  à la nouvelle édition de Espagne joue-moi ton cinéma. Photo MM.
Jean-François Garric (à droite) et Bernard Duranteau donnent l'impulsion à la nouvelle édition de Espagne joue-moi ton cinéma. Photo MM.

Ecran pratique...

Mercredi 24 mai. A 16 h 30, ouverture de la bodega, billeterie réservations ; à 19 h, inauguration de la quinzième édition de «  Espagne, joue-moi ton cinéma ». Projections à 17 h, 20 h 45, 22 h 45.

 

Entrée générale: 6 € ; deux films : 11,50 € ; trois films : 15 €. Réservations au cinéma Le Rex, tél : 05 57 70 22 36. Renseignements à l’Office du tourisme,
tél : 05 56 82 02 95


Lire la suite

Cela "VO" bien le détour

C'est une sélection de vingt-neuf films ou courts-métrages   que pourront découvrir les spectateurs à l'occasion de la septième édition du Festival Version originale,  du 24 au 31 mars, au cinéma Gérard-Philipe à Gujan-Mestras.

Films d'auteurs, peu ou pas distribués, oeuvres inédites ou méconnues, la sélection 2017 représente un kaléidoscope actuel de la création cinématographique et indépendante, avec plusieurs rendez-vous et la participation d'invités. 

En soirée d'ouverture, vendredi 34 mars, projection du documentaire "Un Paese di Calabria", en présence des deux réalisatrices Shu Aiello et Catherine Cathala.Le vendredi 31 mars, "Hedi, un vent de liberté" servira de support à la clôture du festival.

 

 

Pratique

Du vendredi 24 mars au vendredi 31 mars, cinéma Gérard-Philipe, La Hume à Gujan-Mestras. 

Plein tarif 6,50 €; tarif réduit 5 €; - de 14 ans:4 €;
pass nominatif (trois films): 15 €; pass non nominatif dix films et bonus un film : 40 €

Vente de pass et réservation des places au cinéma, à toutes les séances.

L'ensemble du programme est à détailler sur: www.festival-version-originale

ou wwLw.facebook.com/version.originale.gm

Renseignements : contact@festival-version-originale.fr

 

ou Service Culturel 05 57 52 59 31.

 

"Un paese di Calabria" en ouverture du festival, vendredi 24 mars.
"Un paese di Calabria" en ouverture du festival, vendredi 24 mars.
"Le chien jaune de Mongolie" (2006). Projection et ciné-goûter, le mercredi 29 mars, 14 h 30.
"Le chien jaune de Mongolie" (2006). Projection et ciné-goûter, le mercredi 29 mars, 14 h 30.

Lire la suite

Une rencontre de goût

Deux mondes, deux cultures, à la rencontre les uns des autres… La célébration de la Journée des Droits de la femme, inscrite au calendrier le mercredi 8 mars, a permis de présenter à la médiathèque d’Andernos le documentaire "Des brebis et des femmes"  de Laurence Fleury, assorti d’une exposition-photos sur le métier d’ostréicultrice.

Réunies autour de la réalisatrice, Isabelle Vacosait, éleveuse de brebis dans les Pyrénées-Atlantiques ainsi que Catherine Roux et Sylvie Latrille, ostréicultrices sur le Bassin d’Arcachon, ont pu livrer leurs impressions sur le film et témoigner de l’exercice de leur métier au contact de la montagne ou de la mer. L’excellent accueil réservé au film et aux débats a démontré tout l’intérêt porté par un public venu en grand nombre. Organisé conjointement par l’association Les Toiles du Bassin et l’équipe culturelle de la mairie d’Andernos-les-Bains, le rendez-vous a réservé des moments d’authenticité, d’émotion vraie et d’humanité profonde. Et un précieux hommage rendu à toutes les femmes…

« Une journée à la marée avec Sylvie » par Pierre Duffour, jusqu’au 17 mars à la médiathèque d’Andernos-les-Bains.

Chantal Picazo, directrice de la médiathèque présente la soirée  dédiée à la Journée des Droits de la femme.
Chantal Picazo, directrice de la médiathèque présente la soirée dédiée à la Journée des Droits de la femme.
De gauche à droite: Isabelle Vacosait, éleveuse, la réalisatrice  Laurence Fleury, Sylvie Latrille et Catherine Roux, ostréicultrices, Laura Duponchel, journaliste. Photos Pierre Duffour
De gauche à droite: Isabelle Vacosait, éleveuse, la réalisatrice Laurence Fleury, Sylvie Latrille et Catherine Roux, ostréicultrices, Laura Duponchel, journaliste. Photos Pierre Duffour
Près de 140 personnes ont assisté à la projection du documentaire.
Près de 140 personnes ont assisté à la projection du documentaire.
Isabelle Vacosait propose ses fromages d'estive à la dégustation, à l'invitation de l'Intermarché d'Andernos-les-Bains.
Isabelle Vacosait propose ses fromages d'estive à la dégustation, à l'invitation de l'Intermarché d'Andernos-les-Bains.

Lire la suite

Ouvertures italiennes à Andernos

Après un "intermezzo" contraint l'an dernier, rendez-vous est de nouveau pris en 2017 avec la seconde édition du Festival du film italien qui se déroule du 14 au 19 mars, au cinéma Le Rex à Andernos-les-Bains.

Créée en 2015 par l’association France-Italie Aquitaine, l’initiative a été favorablement accueillie sur le Bassin, avec 350 spectateurs présents aux cinq projections programmées. Preuve que l’ouverture des esprits à d’autres formes de cultures et d’expressions artistiques peut attirer les amis du cinéma, sans qu’il soit besoin d’être Italien d’origine ou de nationalité. « Il s’agit surtout de proposer de partager l’art et la culture italienne », explique Michel Vizac, président de l’association andernosienne , dont l’activité s’élargit à d’autres domaines culturels ou de  loisirs. France-Italie Aquitaine regroupe à ce jour 250 adhérents (1).

Cependant, il s’en est fallu de la fermeture accidentelle de la salle andernosienne entre février et juin 2016, pour ne pas connaître la seconde édition en 2016. Mais en guise de rattrapage, le Festival du film italien reprend son élan avec une édition bonifiée. La programmation passe de cinq à huit films, tous en version originale sous titrée.

Une commission spécifiquement dédiée au sein de France Italie Aquitaine a opéré à une sélection parmi vingt-cinq films et qui devrait apporter un riche aperçu de la production cinématographique italienne, avec le privilège de pouvoir découvrir deux films inédits, trois présentations en avant-première et la venue pressentie de Marco Danieli, réalisateur de "La Regazza del Mondo", film présenté le jeudi 16 mars.

De « Latin Lover », une comédie de Cristina Comencini (2015), en ouverture le 14 mars à « Lea » de Marco Tullio-Giordana (2016) ou « La Plazza Gioia » (2016), entre autres, le Festival propose une balade cinématographique à la rencontre de la société italienne du début du XXIe siècle, ses fragilités, ses espérances. Il démontre enfin la belle vitalité du film italien.

(1) www.france-italie-aquitaine.fr

Dans son premier long-métrage, Marco Danieli nous fait entrer dans le monde rigide des témoins de Jéhovah à travers l’histoire d’une jeune femme à laquelle on interdit d’aimer. Photo DR
Dans son premier long-métrage, Marco Danieli nous fait entrer dans le monde rigide des témoins de Jéhovah à travers l’histoire d’une jeune femme à laquelle on interdit d’aimer. Photo DR

Huit films du 14 au 19 mars

Mardi 14 mars à 20 h 45 : "Latin Lover" de Cristina Comencini (2015).

Mercredi 15 mars à 14 h 30 : "Prima Neve" de Andrea Segre (2015).

Et à 20 h 45, "Lea" de Marco Tullio Giordana (2016).

Jeudi 16 mars, 17 heures : "La Regazza del Mondo" de Marco Danieli (2017).

Vendredi 17 mars, 14 h : "La Vita Possible" de Ivano de Matteo (2015).

Et à 20 h 45, "Maraviglioso Boccacio" de Vittorio et Paolo Taviani (2015).

Samedi 18 mars, 17 heures :"Fiore" de Claudio Giovannes (2016)

Dimanche 18 mars, à 17 heures : "La Pazza Gioila" de Paolo Virzi (2016).

 Pratique

Projections au cinéma Le Rex, 202, boulevard de la République, Andernos-les Bains.

Tarif général: 5,50 €. Pass trois séances: 15 €; six séances: 27 €, à retirer directement à l'accueil. Renseignements: 05 57 70 78 27.


Lire la suite

Une suite des " Petits Mouchoirs " en 2018 ?

L'actrice Valerie Bonneton, l'un des piliers de la série télévisée "Fais pas ci, fais pas ça" l'a fait;  Elle a laissé entendre dans une interview parue  dans  l'hebdomadaire "Télé Sept Jours" du 25 février  qu'une suite des "Petits Mouchoirs" était envisagée par Guillaume Canet en 2018. 

Valérie Bonneton retrouverait le cadre du Bassin avec, entre autres, François Cluzet, son mari dans le civil à l'époque du tournage en 2009, Marion Cotillard, la compagne de Guillaume Canet et  qui attend son deuxième enfant, Benoît Magimel et quelques figurants de renom sur le Bassin... 

Le film "Les Petits Mouchoirs" avait connu un fort succès public avec plus de six millions d'entrées cumulées en France et à l'étranger.

 

Pour envisager une suite aux aventures estivales de Max et de sa bande de copains-copines, Guillaume Canet s'est donné le temps de la réflexion -six ans -, préférant se consacrer à son métier d'acteur-réalisateur ("Blood-Tries" en 2013, "Cezanne et moi" en 2016,  "Rock'n'Roll" en 2017).

 


Lire la suite

Incendies au Rex : un scénario inexpliqué

Il n’y a pas que des bateaux, des cabanes ostréicoles ou du mobilier urbain, à devenir les cibles de pyromanes sur le pourtour du Bassin d’Arcachon... L’incendie du cinéma Le Rex d’Andernos, gravement endommagé début février 2016, a conservé un bon rang dans la rubrique locale des faits divers, ne serait-ce que pour l’aura mystérieuse qui s’en dégage. Feux accidentels ? Techniquement, ce n’est pas totalement exclu, quoique… Un incendie criminel assurément, mais d’abord pour quel mobile? Mystère encore.  Mise en scène pyrotechnique d'un talent local ? Malveillance, acte de vengeance ? L'énigme reste entière...

Mercredi 10 février 2016 au 202, boulevard de la République.Il est 7 h 30. Andernos émerge d’une nouvelle nuit hivernale quand l’alerte est déclenchée au poste du centre de secours d’Andernos-les-Bains. L’employée chargée d’entretien du cinéma vient de  découvrir la salle saturée par des fumées…20 pompiers des casernes d’Andernos, Lanton et Lège-Cap Ferret sont dépêchés sur les lieux.

La salle de cinéma Le Rex à Andernos
Le 10 février 2016, le cinéma Le Rex est visé par deux tentatives d'incendie volontaire, entraînant la fermeture de la salle au public durant plusieurs mois. Photo M.M.

  En une vingtaine de minutes, ils procèdent à l’extinction de deux foyers d’incendie. Le reste de la matinée est occupé à l’évacuation des fumées et à l’aération des locaux.


Lire la suite

Dans les pas des bergères des Pyrénées

Les Toiles du Bassin  a vu le jour en octobre 2016 à Andernos-les-Bains. L’association réunit des amis du cinéma et œuvre à la promotion du 7e Art en lien avec d’autres activités culturelles (photo, peinture, etc.) diffusées autour du Bassin d’Arcachon.

 Le site toile-bassin.fr s’inscrit dans le droit fil de cette ambition : le nouveau « cinémagazine » du Bassin rend compte de l’actualité cinématographique, la programmation des films en salle et propose des reportages, des  rubriques, des interviews  tout en évoquant l’histoire locale du cinéma.

   A l’occasion de la Journée nationale et internationale de la femme, Les Toiles du Bassin est à l’initiative de la projection du film-documentaire « Des Brebis et des femmes », suivie d’une rencontre inédite entre éleveuses des Pyrénées et ostréicultrices du Bassin, le mercredi 8 mars à 18 h 30 à la médiathèque d’Andernos-les-Bains.

   L’exposition photographique « Une journée à la marée »,  dédiée au métier de productrice d’huîtres sur le Bassin enrichit le rendez-vous du 8 mars.

L'élevage ovin en voie de féminisation notamment dans les Pyrénées
Une rencontre entre une éleveuse des Pyrénées et deux ostréicultrices du Bassin, le mercredi 8 mars à la médiathèque d'Andernos. Photo Laurence Fleury